Retours

Après le voyage, le retour est toujours à la fois difficile et agréable. Difficile parce qu’il faut changer le rythme de nos déambulations, agréable parce qu’on retrouve son nid. Cette année, il faisait froid mais le nid s’est vite réchauffé. Le secret : le chanvre sur les murs.

Quand je pars, je coupe tous les compteurs d’énergie, électricité et eau, je ne prends plus de risque. Lors d’un voyage à Toulouse, j’avais laissé le courant pour le congélateur et un orage a eu raison de lui juste avant mon retour. Depuis j’allège tout. Plus de courant pour la conservation des aliments, trop lourd sur le plan écologique, je me suis remise aux conserves maison. Je vide le frigo et tout et tout.

Lors des deux retours du bout du monde, il faisait très froid en Bretagne et la maison non chauffée pendant plusieurs jours était bien fraîche : il faisait 5° dans l’escalier d’entrée du premier étage où je me tiens en hiver, pour économiser l’énergie, toujours, et parce que j’aime être dans une cellule de moine pour travailler quand les jours sont courts et ne m’invitent pas à aller travailler dehors, sauf ponctuellement pour un élagage ou autre.

Dès notre retour, j’ai allumé les radiateurs électriques, mini, 750 w dans l’escalier, 1500 w dans la chambre d’écriture et 2000 w dans ma chambre-studio-cuisine, plus vaste et un petit dans la salle de bain.
Jose-Anne n’en revenait pas, en très peu de temps, celui de défaire nos bagages, de dresser la table dans la chambre d’écriture, de chauffer ce qui devait l’être, et la température ambiante des pièces était confortable. Rien de trop, nous étions bien couvertes, style pelures d’oignons, mais la chambre d’écriture était agréable. Comme Jose-Anne n’aime pas avoir une chambre trop chaude pour dormir, j’ai réglé au minimum le radiateur avant de lui souhaiter une bonne nuit.
plat d'huitres et cremant de bourgogne

Le secret : l’isolation en chanvre

Depuis les années 70 en Ariège (09,FR), j’ai été préoccupée d’économie d’énergie sans attendre les discours officiels sur un développement durable. J’ai donc toujours privilégié les matériaux naturels et éprouvés par le temps comme la chaux, le bois, le verre, le chaume, la pierre, la terre.

Les premières informations sur le chanvre m’ont été transmises en 93 par mon architecte Christophe Van de Mortaele, belge tombé amoureux des chaumières bretonnes. Puis j’ai rencontré Jean-Pierre Andrieu, génial agriculteur bio qui a introduit ce matériau et sa préparation pour l’isolation dans l’habitat dans ma région à Riec-sur-Bélon (29340, FR.

Depuis 96, j’ai refait beaucoup de choses moi-même en auto-construction et j’en vois les résultats toute l’année mais particulièrement quand les températures sont excessives, dans un sens comme dans l’autre.
Auparavant la chambre d’écriture, qui se situe en pignon du côté de l’est, était la plus froide de la chaumière dès que le vent se mettait à souffler de ce côté-là. Sinistrée en 2004, le toit a été refait en partie en ardoise (il y avait urgence et je ne trouvais pas de chaumier), mais j’ai pallié la perte de ce merveilleux isolant naturel par une couche de 20 cm de laine de chanvre.

Puis j’ai refait tout le pignon est avec mon mélange personnel d’enduit de chanvre, en intégrant mes bibliothèques de chaque coté du manteau de la cheminée de la pièce du dessous où j’avais mon bureau (que je dois refaire cette année 2010 car il avait aussi été sinistré lors des tempêtes 2004 qui avait eu raison d’une partie du toit de chaume). Quand on pose la main sur l’enduit de chanvre, il est toujours tempéré, jamais froid comme certains matériaux modernes. C’est comme une peau, douce…

Bref le chanvre a contribué au bonheur du retour, en nous donnant une température confortable et agréable à moindre coût. Certes, j’utilise encore les radiateurs électriques, n’ayant pas les moyens d’investir dans des solutions plus onéreuses, mais je vois d’année en année ma facture d’EDF diminuer, ce qui est le meilleur signe de mes économies d’énergie…

Actuellement, je saisis chaque soir mes cahiers de chantier écrits manuellement depuis des années. Des fiches techniques et pratiques, avec les proportions et surtout mes petits trucs personnels pour gérer seule ces matériaux, seront disponibles sur le site Kerantorec. Abonnez-vous, vous en serez informé(e) tout de suite. Bonne année 2010.

© gaelle kermen 2010

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s