Comment j’ai découvert Ploemeur à vélo et continué l’entraînement

Ma commune est côtière et sa devise porte les mots de la terre et de la mer. Elle a trois ports et trois plages, de multiples criques sauvages, des huitres réputées, les plates de Belon, des mégalithes et des chapelles. Née ici, je suis partie vivre à Lorient, puis à Paris, dans le Val d’Oise, en Ariège et en Haute-Savoie. Enfin, je suis revenue et je m’y sens bien. Je vis sur le vieux pays de mes pères, ar vro goz ma zadou.
Pourtant, quand ma troisième fille a décidé de s’installer à Plœmeur en Morbihan, j’ai découvert une commune encore plus riche, plus dynamique, plus incroyable. J’ai passé trois semaines cet été 2016 à la découvrir à vélo et ces journées font partie de mes meilleurs moments

Je gardais un petit chat de six mois pendant les vacances des enfants. Du cat-sitting. Je gardais ainsi leur appartement et ils étaient tranquillisés de savoir que s’il y avait le moindre problème, j’interviendrais et les préviendrais. J’ai déjà fait du flat-sitting pour occuper un appartement pendant les vacances d’amies et c’est une bonne formule pour tout le monde. Moi ça me dépayse sans frais, et comme je ne suis pas chez moi, je n’ai pas de travaux d’entretien ou de réparation à faire, je passe tout mon temps à écrire et à me promener. Ce que je ne me permets pas souvent à la maison, où il y a toujours un truc à faire, du genre gros travaux d’Hercule. Ma grande chaumière est aussi plus difficile à entretenir qu’un appartement de trois pièces.

J’avais apporté mon vélo et j’ai découvert Plœmeur par ses pistes cyclables, ses chemins creux et ses sentiers côtiers. J’ai été éblouie.
Autrefois, j’ai un peu connu Plœmeur, quand j’étais petite fille et que nous habitions le port de pêche de Lorient dans les années 50. Nous venions nous baigner au Courégant, à Lomener. Nous nous promenions le dimanche dans les Kaolins. Plus tard, entre 1986 et 2009, je visitais souvent mon amie Nicole Courset à Larmor-plage, et si j’arrivais chez elle par la pénétrante de Lorient, pour rentrer je passais toujours par Plœmeur, je faisais le tour de l’église, venant de Larmor, pour partir vers Quimperlé. J’en connaissais les grands itinéraires, le magasin Point Vert où j’achetais des fournitures de jardin, ou le Parc de Kerihuer où je m’arrêtais parfois pour dégourdir ma petite chienne d’alors. Parfois, je rentrais par la route côtière du Fort-bloqué, pour rejoindre Guidel. Mais je ne connaissais pas bien les contours de Plœmeur, je crois même que je confondais ses limites avec celles de Lorient, Larmor et Guidel.

img_0430
Eglise de Ploemeur un soir de septembre 2016

Comme j’avais pris le vélo, je me suis documentée à l’Office de Tourisme pour avoir des cartes. Une de mes passions est la recherche des mégalithes. Découvrir des mégalithes à vélo, c’est idéal. La jeune femme m’a remis de nombreuses fiches sur les chapelles et les mégalithes et m’a recommandé les voies vertes, violettes, bleues, etc.

carteploemeur
Carte des mégalithes de Plœmeur avec les voies vertes

Lors d’un premier séjour, ma fille m’avait emmenée jusqu’à Lomener. J’avais pu le faire. Je pouvais continuer seule, en allant doucement d’abord, puis en augmentant le kilométrage et les efforts. J’avais fait une pneumonie l’hiver dernier, parce qu’opérée d’un œil l’été précédent, je n’avais pas osé prendre de risques, je n’avais pas fait de vélo, je n’étais pas allée nager. C’était une erreur, je n’avais pas accumulé la vitamine D et je m’étais fragilisée. J’étais sortie de cette épreuve pulmonaire hivernale sans souffle et sans muscle. Tout avait fondu. Je n’avais pas pu faire les tâches de bûcheronnage qui me sont habituelles au cours de l’hiver. J’avais perdu deux mois de travail d’écriture. Je ne voulais pas revivre un hiver pareil.

J’avais donc repris le vélo en fin de printemps, dès que je m’étais sentie plus forte, et j’allais nager régulièrement à Merrien à trois kilomètres de chez moi, ce qui me faisait un aller et retour de six kilomètres. Juste un petit entraînement. Mais déjà je reconstruisais ma musculature, retrouvais un peu de souffle et surtout reprenais confiance en moi.
Les enfants habitent au centre de Plœmeur, tout près de l’église. Si je voulais aller me baigner, je devais faire au moins huit kilomètres, Lomener, la plage la plus proche, dans l’anse du Stole, est à environ quatre kilomètres. Je l’avais fait une fois, je pouvais le refaire.

Mi-août, j’avais reçu mon nouvel iPad et un iPhone et j’avais l’intention de rédiger un guide d’utilisation pour les auteurs francophones de l’application Scrivener pour iOS. J’avais testé l’application nomade à Merrien, au cours de mes balades pour me baigner. C’était une bonne façon de me libérer l’esprit que de pouvoir écrire au bord de la mer, comme autrefois je notais mes idées dans mon journal, assise sur le sable ou dans les rochers. Circuler, bouger, permet de faire décanter les idées. J’ai souvent trouvé des solutions informatiques loin de mon clavier et de mon écran de bureau. Et ça depuis un quart de siècle. Je visualisais mieux les problèmes quand je n’avais pas le nez sur l’écran. Décantation productive. Recul et réflexion. Solutions et actions.

 

Bureau d’été 2016 : iPad mini 4 dans sac à dos

J’ai installé une application sur l’iPhone, Cyclemeter. J’ai pu voir très vite que je faisais plus de kilomètres que je ne me croyais capable de faire. Jamais de ma vie, je n’avais fait autant sans efforts majeurs. Il m’arrivait d’en faire plus de dix-huit, quand je ne trouvais pas le mégalithe cherché, parce que ma carte n’était pas juste, parce que le panneau n’était pas visible. Je continuais au gré de mes errances. Mais la carte du GPS de Cyclometer m’indiquait au moins où j’étais.

Dès le premier jour, m’étant un peu perdue, devant traverser une grande route (car ça circule beaucoup à Plœmeur), j’avais demandé mon chemin à un promeneur avec son chien. Il m’avait rassurée, me disant : « A Plœmeur, vous pouvez toujours trouver un chemin vers la mer. »

Je cherchais donc les chemins vers la mer. Je voulais nager le plus souvent possible. Pendant le mois de septembre, il faisait un temps extraordinaire, avec une petite brise agréable et une température idéale pour pédaler et aller nager.

Mon emploi du temps d’écriture active était réglé ainsi.

Le matin, très tôt, le petit chat posait sa patte de velours sur ma joue, comme pour me dire : « Il est temps de te lever, tu dois travailler. »

img_0193
Yoga du matin du petit chat Yuzu

Il avait raison, c’est le matin que je travaille mieux. Je prenais l’iPad, le clavier et je travaillais mes chapitres. La rédaction s’est faite assez vite.

Parfois, j’allais à la boulangerie dès l’ouverture, en bas sur la Place de l’Eglise, ce que je ne peux pas faire chez moi en pleine campagne, sauf quand je fais lever mon pâton ou ma brioche pendant la nuit et que je me lève pour faire chauffer mon four avec la plaque réfractaire pour avoir du pain frais et de la brioche chaude au petit déjeuner. Bon, c’est assez exceptionnel quand même. Là, je croisais des gens qui partaient au travail avant le le lever du jour. Chez moi, je ne croise que des chevreuils ou les chiens des voisins.

J’écrivais encore pendant la matinée, pas très longtemps, jamais plus de quatre heures. Ensuite, j’avais besoin de bouger.

Je prenais beaucoup de plaisir à faire mes courses dans le quartier, ne me contentant pas des grandes surfaces habituelles où je fais mes courses toutes les six semaines, pour ne pas avoir à sortir de chez moi.

Le dimanche, j’avais le marché autour de l’église, où je m’offrais quelques extras. J’ai réalisé quelques bons petits plats, dont j’ai congelé une partie pour le retour des enfants.

img_0366
Plage du Courégant, marée haute. En face, l’île de Groix

Je préparais mon picnic et partais en fin de matinée à la découverte de Plœmeur, de ses mégalithes et de ses plages. Après mon bain quotidien, je mangeais mon picnic sur la plage. Je rentrais ensuite tranquillement, par une autre route.

Très vite, j’ai réussi à faire une moyenne de 15 kilomètres par jour. Parfois 18 ou 19. J’étais encouragée en voyant mes performances, non pas de vitesse, mais d’endurance. Je ne suis pas une sprinteuse, mais je peux être une marathonienne.

Je suis revenue enchantée de mon séjour en Morbihan. Je n’ai pas besoin d’aller au bout du monde pour sentir battre mon cœur. Chaque rocher ici est un bout du monde exotique, tourné vers l’ailleurs et formidablement intérieur.

Je dirai dans un autre article tout ce que j’ai découvert à Plœmeur. Dans celui-ci, je veux insister sur le vélo et sur ce que sa pratique un peu plus fréquente que les années dernières m’apporte de bien-être et de réconfort.

En rentrant à Moëlan, j’ai décidé de continuer le vélo. Si j’ai pu aussi bien découvrir Plœmeur grâce à ce simple mode de locomotion, je dois pouvoir découvrir ma commune à vélo, aller dans des villages où jamais une voiture ne m’avait conduite, découvrir d’autres chemins creux. Je veux être en forme cet hiver, retrouver assez de forces physiques pour faire les travaux au jardin et le bûcheronnage du parc.

J’ai mis une autre application sur l’iPhone : Strava.

Un de mes amis Facebook, Jeffrey Levin, designer de bijoux en Californie, avait mis un jour une photo de sa baie avec son parcours à vélo vers le Golden Gate Bridge. Whaouh ! Je m’étais dit que moi-aussi j’avais une baie non loin de chez moi, pas aussi prestigieuse, certes, mais bien réelle, vivante et stimulante. Il m’a fait l’honneur de m’accepter sur Strava et depuis je mets moi aussi mes sorties à vélo, matinale ou du midi.

Ma baie à moi, elle donne d’un côté vers l’île de Groix, de l’autre vers les Glenan. Et l’horizon est immense.

68f97b2a-6a30-41a0-8051-f69700eab02f
Vélo Raleigh sur sentier côtier

 

Un autre ami anglais publie ses entrainements de course à pied. Alain Miles avait publié son premier ebook sur l’iPad en même temps que moi via Smashwords dès avril 2010. Il a résolu de graves problèmes physiques en courant, il est un des meilleurs seniors du demi-marathon au Royaume-Uni. Son exemple me donne du courage pour sortir régulièrement à vélo. Un ami français parisien, Stéphane Mérand, y publie ses courses dans Paris et sa banlieue et ça me fait complètement rêver. Je n’ai pas la prétention de faire autant de kilomètres qu’eux, mais j’ai la tentation d’aller un peu plus loin dans mes propres efforts, en gardant des sorties régulières. Voir que mes plus petites courses font neuf à dix kilomètres, quand je pensais n’être pas capable de faire plus de six kilomètres me conforte dans ma démarche et me donne du courage pour continuer.

En ce dimanche 13 novembre, terrible date anniversaire, mon ami parisien a partagé une belle expérience. Un de ses amis a partagé sur Facebook une course Strava de 56 km pour tracer dans Paris le symbole de la paix.


Un bel hommage aux victimes des attentats de Paris du 13 novembre 2015.

#peaceforparis


Voilà comment j’ai découvert Plœmeur à vélo et comment ça a changé ma vie. C’est une activité gratuite qui fait du bien au corps et à l’âme. Le guide Scrivener plus simple pour iPhone et iPad est le fruit de ces pérégrinations cyclistes marines.

Et vous, vous lancez-vous ce genre de défi ? Est-ce que ça vous aide dans votre créativité ? Avez-vous des secrets de forme à partager ? Je suis néophyte, j’ai tout à apprendre. Continuer à apprendre permet de bien vieillir et j’ai à cœur de bien vieillir.

À bientôt pour d’autres aventures.

Gaelle

Kerantorec, le 13 novembre 2016



Crédits

Le petit chat : Yuzu

Les applications de course : Strava et Cyclometer

Les cyclistes : Jeffrey Levin, Stéphane Mérand, Dmitry Kostiukov

Le coureur à pied anglais : Alan Miles

Le vélo : Raleigh (années 90)

Les mobiles : iPhone 5c et iPad mini 4 (Apple)

L’application d’écriture : Scrivener for iOS

Les communes : Moëlan-sur-mer (Finistère) et Plœmeur (Morbihan)

Moëlan-sur-Mer, devise en breton : deus an douar ha deus ar mor (de la terre et de la mer)

Blog auteur gaellekermen.net

Blog Kerantorec : bricolage-jardinage

© Tous droits réservés 2016 Gaelle Kermen et ACD Carpe Diem

Publicités

Un chapon pour les fetes

Je ne mange plus beaucoup de viande, elle est trop chère et je la trouve souvent sans goût. Je n’ai pourtant pas envie de devenir vegan.

IMG_6148

Pourtant, ce Noël 2015 chez ma fille Ana, j’ai eu envie d’une belle pièce de volaille, du genre qu’on mange rarement. Nous avons choisi un chapon fermier, élevé à Janzé, en Ille-et-Vilaine en Bretagne, une pièce de 3,3 kg, à 32 euros. Une folie pour mon budget, mais je ne l’ai pas regrettée !

La veille, j’avais préparé une farce parée avec ce que j’avais sous la main, elle s’est révélée pleine de subtilités après cuisson :

– 1 échalote rose de Bretagne
– 3 champignons de Paris
– 1 kiwi
– des brisures de marrons glacés maison
– la graisse parée dans la farce
– du pain de mie complet avec un peu de lait
– du persil du jardin, ciselé

Que de la douceur, juste un peu de piment d’Espelette sur la peau pour réveiller les saveurs.

J’ai empli la bête et l’ai bien serrée dans du film alimentaire, au frais, pour que les parfums se répandent à l’intérieur.

L’après-midi du 24 décembre j’ai préparé la bête pour la cuisson.

Avant de le brider, j’ai fini de le remplir avec des marrons entiers. J’ai cousu le croupion, bien resserré les pattes, pour que rien ne s’échappe.

 

À 17 heures, pour un repas à 20 heures trente, j’ai mis le chapon à four froid à 150°, la première heure sur une grille, puis les deux dernières dans la lèche-frite.

Toutes les demi-heures, Morgan l’a retourné sur ses quatre côtés et arrosé de son jus.

La dernière heure, à 19 heures, nous avons mis autour du chapon des pommes de terre Léontine de Bretagne, rissolées au feu monté à 200° d’abord, puis redescendu à 150° la dernière demi-heure, quand on a ajouté des marrons que je venais d’éplucher, après les avoir congelés à la récolte.

La cuisson a été maintenue à 100° pendant la dernière demi-heure, tandis que nous mangions les entrées.

En tout il a fallu trois heures et demi de cuisson douce.

Un lissac-saint-émilion de 2010 a accompagné ce met royal.

Nous avons rarement mangé un plat aussi goûtu, savoureux, moelleux.

Le plus beau, c’est que les restes ont été très conséquents. Nous espérions en avoir la semaine suivante, mais à ce point-là, je ne l’aurais pas imaginé.

Ana et Morgan en ont fait plusieurs repas (et Morgan mange de très bel appétit !), j’ai mangé le blanc en sandwich avec du chutney maison, les midis où je n’avais pas le temps de cuisiner, car j’écrivais le Guide Scrivener pour Mac.

En fait je vais encore en manger ce soir, dans un gratin de courge butternut, fourrée au riz chaponné. Car avec la carcasse, j’avais fait un riz, bien sûr ! Et il restait beaucoup de viande dessus.

C’est un plat onéreux à l’achat, nous l’avons payée 32 euros, mais nous avons fait tellement de repas avec cette belle bête noble, que son prix est très bas. Nous saurons maintenant pour nos repas de famille que nous pouvons choisir un beau chapon. Nous nous souviendrons de ce beau Noël 2015 à Quimper, chez Ana.

IMG_6146
Espuma de cumbawa sur truite fumée par Ana © gaelle kermen 2015

En entrée, Ana avait fait un espuma de citron cumbawa pour accompagner des filets de truite fumée, servis avec un meneton-salon qui me rappelait mon premier reportage pour France-Culture près de Bourges. Un foie gras. Le chapon, sa farce douce, les pommes de terre rissolées, comme auraient aimé nos grands-mères moëlanaises, ses marrons. Un superbe plateau de fromages de chez Ingrid Leost sous la halle, j’y ai eu le plaisir de trouver de la tomme de l’abbaye de Tamié, où j’ai séjourné quand j’écrivais Aquamarine.

IMG_6158
Bons fromages de chez Leost sous la halle © gaelle kermen 2015

Et en dessert, un assortiment de pâtisseries de chez Legrand.

IMG_6162
Mini bûche de chez Legrand © gaelle kermen 2015

J’avais pris du très bon pain, au Fournil du Chapeau rouge. En plus de nos besoins, j’avais pris un gros pain de campagne. Je l’ai apporté au petit saint local à la cathédrale de Quimper, le Santig du, continuant la tradition de l’obole en pain pour les pauvres, qui perdure depuis le XVe siècle.

IMG_6135
Statue et pain de Santig du dans la cathédrale de Quimper © gaelle kermen 2015

J’ai vraiment aimé ce moment de partage symbolique, profond.

Passez de bonnes fêtes ! et à l’année prochaine…

Gaelle Kermen
Kerantorec, 31 décembre 2015

Operation Orsay Commons dimanche 5 decembre 2010 11h30

Première Operation Orsay Commons dimanche 5 decembre 2010 11h30

Depuis juin 2010, le Musée d’Orsay interdit aux visiteurs de prendre des photos du fonds et du bâtiment.

Dimanche 5 décembre 2010, une première opération dite OrsayCommons a lieu à 11h30 dont le fil peut être suivi sur Twitter avec le hashhag, la balise #OrsayCommons
Cette opération se renouvellera tous les premiers dimanches du mois, lorsque l’entrée est gratuite. A vos numériques, à vos smartphones !

Voici comment je vis cette interdiction, eu égard à mon habitude de prendre des photos lors de mes voyages, à l’étranger comme en province, de les poster en classeurs et albums sur Flickr et d’en monter parfois des vidéos sur YouTube.

Rappel des règles habituelles
Les photos sont en général permises dans les fonds des musées nationaux, gérés par une partie de nos impôts, nous appartenant de facto et constitués d’oeuvres du domaine public le plus souvent.
Il est légitime que nous puissions en bénéficier par la prise de photos à usage personnel.
Les photos doivent être prises sans flash.
Si on publie les photos, il doit toujours être fait référence au Musée où il est visible.
Les règles commerciales sont différentes.

Claude Monet, Cathedrale de Rouen soleil matinal, harmonie bleue, 1894
Claude Monet, Cathedrale de Rouen soleil matinal, harmonie bleue, 1894, Musée d’Orsay, Paris

Dans les expositions, les tableaux appartiennent à des collectionneurs privés qui en détiennent les droits. On n’a donc pas le droit de photographier.

La position récente du Musée d’Orsay
A la différence des musées internationaux, le Musée d’Orsay prétend nous interdire de photographier les fonds et même le bâtiment. Cette parano à propos des droits devient insupportable. Si c’est pour mettre les reproductions des tableaux sur les magnets pour frigo ou sur les mugs vendus dans la boutique, franchement je dis non.

Personnellement, au cours de mes voyages, j’aime prendre des photos dans les fonds des Musées. Je prends en même temps les cartels pour garder les références précises, que je mets ensuite dans la description des albums à disposition sur Flickr.
Je les légende avec précision, ce qui m’a valu d’être invitée au cercle très fermé du Catalogue raisonné de Claude Monet, fait en Haute Définition sur Flickr, à partir du catalogue établi par Daniel Wildenstein.

Les photos publiées ainsi ne nuisent pas aux Musées.
Bien au contraire, les albums publiés incitent à aller visiter les musées dans le monde entier.
Nos provinces d’ailleurs regorgent de trésors oubliés, mal mis en valeur. Les mettre en ligne leur offre une vitrine qu’aucun dépliant n’aura, vite mis à la poubelle, alors qu’un seul mot clé sur un moteur de recherche conduit à nos albums sur Flickr ou à nos vidéos sur YouTube.

Rien ne remplace le contact direct avec l’oeuvre réelle.
Aucune photo ne restitue l’énergie mise dans l’oeuvre, tableau ou sculpture, par le créateur.
La photo donne seulement envie d’aller voir l’oeuvre dans le Musée. Nous sommes de plus en plus nombreux à préparer nos voyages pour aller voir telle ou telle oeuvre dans tel ou tel musée de Province ou du Monde.

Claude Monet, L'hotel des Roches noires, Trouville, 1870
Claude Monet, L’hotel des Roches noires, Trouville, 1870, Musée d’Orsay, Paris

Opération Orsay Commons
Ce dimanche 5 décembre 2010, à 11:30, opération Orsay Commons au Musée d’Orsay pour un partage massif des photos. Suivre le fil sur Twitter :
http://twitter.com/#!/search/OrsayCommons
Ami(e)s parisiens : à vos numériques, à vos smartphones !
De tout coeur avec vous.

Pendant l’opération, j’extraie cette image de Seurat :
Seurat Twitpic
#orsaycommons Seurat on Twitpic

© gaelle kermen 2010

atelier-boutique Melle et Ma douce Toulouse

devanture atelier-boutique Melle et Ma douce
devanture atelier-boutique Melle et Ma douce

Nous sommes très heureuses de vous annoncer l’ouverture de notre nouvel atelier-boutique : Melle et Ma douce
30 rue des Couteliers 31000 TOULOUSE

La boutique ouvre ses portes à partir du mardi 23 novembre 2010 et sera désormais ouverte du mardi au samedi de 10h à 19h.

Nous y exposons nos deux lignes de vêtements Melle et Ma douce, ainsi que d’autres créateurs que nous apprécions particulièrement :
 
yet (sacs en caoutchouc), jerometal (ferronnerie d’art), Hélène Barros et Capucine (bijoux en argent)
 

entree atelier-boutique Melle et Ma douce Toulouse
entree atelier-boutique Melle et Ma douce Toulouse

Melle et Ma douce
30 rue des Couteliers
31000 TOULOUSE
accès : metro Esquirol ligne A, métro Carmes ligne B
GPS : 43.59879 N 1.44185 E

Crédit-photo : Melle et Ma douce

Novela 2010 Grand Debat sur le Livre Numérique

TOUJOURS LA QUERELLE DES ANCIENS ET DES MODERNES, DES RURAUX ET DES URBAINS

Gaelle Kermen vs Ombres Blanches

NOVELA 2010 Festival Toulouse Numerique Partage des Savoirs
Grand Débat sur le Livre Numérique du 6 octobre 2010

#Novela 2010 Grand débat Livre numérique : en 2020, quels acteurs du livre numérique serez-vous ? © gaelle kermen 2010

Ces cinq jours de Toulouse Numérique ont changé ma vie d’auteur numérique indépendant, en me faisant rencontrer des gens aussi enthousiastes, aussi passionnés que moi.

La seule ombre au tableau a été le mépris affiché à mon endroit de la part du patron de la grande librairie Ombres Blanches.

J’ai été traitée avec grand mépris après avoir fait part de mon expérience d’auteur numérique, vivant au fond des bois, en Bretagne, publiant chez un éditeur californien Smashwords, en vente sur Amazon, Apple iPad US, Barnes and Noble, Kobo, Diesel ou Sony, tous organismes diabolisés par ce monsieur dans ses précédentes prises de parole, alors que mes amis cultivés et moi-même commandons nos livres en ligne depuis des années pour ne pas avoir à faire 64 kilomètres, parfois en vain, pour trouver les livres qui nous intéressent.

Il a dénié tout intérêt à l’Internet et aux réseaux sociaux, méprisant ainsi tous ces gens qui, comme moi, étaient venus à Toulouse Numérique pour parler de nouveaux modes de culture, ne dépendant plus d’une élite codifiée, assermentée, diplômée, officialisée, mais accessible à quiconque se donne la peine de réfléchir et de s’exprimer.

Installé sur ses positions de gros libraire, bien assis, en centre ville d’une grande agglomération, il méprisait la finalité même du Festival Novela 2010 Toulouse Numérique, le partage des savoirs.

Mais si je me suis permis de parler comme je l’ai fait, parlant moi de ce que je connais et pratique, c’est parce que dans cinq ans, ce que je vis depuis quinze, dix, cinq ans, sera devenu la norme. Et si Ombres blanches ne le comprend pas maintenant, Ombres blanches ne sera plus qu’une ombre noire.

Alors je n’ai rien répondu. D’ailleurs, alors que j’allais reprendre la parole, le directeur des Editions Privat m’a fait signe de le laisser finir, comme si j’étais une sale gosse impertinente qui coupait la parole aux grandes personnes, celles qui savent.

Mais ces gens pompeux et prétentieux, confits sur eux-même, ont monopolisé notre temps sans nous apporter la moindre information intéressante ni de réponse à la question même du débat : En 2020, quels acteurs du livre numérique serez-vous ?

Je n’ai rien entendu sur le livre numérique en 2010, encore moins projeté en 2020. J’ai entendu des Marchands ou des Prêtres du Temple du Livre Sacré parler de leur métier tel qu’ils le pratiquent depuis 150 ans.

Je savais bien que l’impression et la diffusion représente un énorme pourcentage du prix du livre (55%) et c’est même pour cela que j’avais fait le pari d’Internet et de l’édition numérique en 1995, a fortiori en 2010.

Comme je ne pouvais rien ajouter, je me suis mise sur Twitter pour raconter en direct ce qui se passait dans ce débat. Immédiatement retwettée.

#Novela 2010 Grand débat Livre numérique : en 2020, quels acteurs du livre numérique serez-vous ? © gaelle kermen 2010

Après le débat, le directeur des Editions Privat est venu me serrer la main et m’a dit avoir apprécié l’humanité que j’avais apportée par mon témoignage, ainsi que l’avaient fait deux autres personnes du public, dont Cedric Beuchet, avec qui je communique depuis la première table ronde de la Novela Toulouse numérique, et la vaguemestre de la Librairie Ombres Blanches qui pensait qu’il y avait de l’humain derrière les boutons d’un site, que j’avais applaudie.

Nous avons parlé rapidement des problèmes juridiques affiliés au livre en France. J’ai pu lui dire que je regrettais de n’avoir pas pu parler des manques qu’affrontait l’auteur numérique, et que surtout surtout il ne fallait pas transposer les modèles connus pour construire l’univers du livre numérique de demain. Il était d’accord mais, pressé, a dû écourter l’échange. J’ai apprécié néanmoins qu’il vienne me serrer la main.

En 2020, j’espère que mes 50 ans d’écriture seront disponibles sur toutes les tablettes, de tous les coins du monde, pour un prix bas accessible à tous, sans DRM (Digital Right Management), car je fais confiance à mon lectorat.

gaelle kermen on Twitpic photo de Michel Fauchié

Retour :
Avant l’arrivée à Marseille dans le train, la dame de l’autre côté de la travée m’a demandé : « Est-ce que vous êtes écrivain ? » J’ai souri et dit : « Oui ! ». Elle m’avait vu lire sur le Kindle vu à la télé, dont elle pensait que c’était une bonne chose et en tout cas l’avenir. Puis elle m’avait vue prendre des notes dans le MacBook, alors elle s’était dit : « Elle est peut-être journaliste ». Plus tard, j’avais mis mon chapeau et là elle avait pensé que j’étais écrivain ! 😉

De Images Blogger

Post-Scriptum :
Je n’ai pas l’habitude de sortir de mon ermitage pour participer à des mondanités. Une circonstance familiale a fait que j’ai assisté à ce Grand Débat sur le Livre Numérique qui ne m’a rien appris que je ne sache déjà.
Une suggestion : j’eusse préféré que l’animateur de ce débat fût Michel Fauchié, de la Médiathèque de Toulouse, qui a su instaurer dans le petit salon du Livre numérique une ambiance propre aux débats permanents entre bibliothéquaires, volontaires et bénévoles, et les lecteurs, sceptiques puis intéressés à la lecture sur liseuses Bookeen, un iPad puis sur mon Kindle que j’ai fini par laisser à disposition. Xavier Cazin (Immatériel) eût contrebalancé les forces traditionnelles de l’édition et de la diffusion des livres en parlant librement de sa pratique numérique. Pour l’an prochain ?
Quant à Ombres blanches, la librairie a de beaux jours devant elle en continuant à organiser les rencontres entre auteurs et lecteurs, car c’est bien le plus important. A méditer !

© gaelle kermen octobre 2010

Sur le Festival Novela 2010 Toulouse Numerique

SUR LE FESTIVAL NOVELA 2010

Après les cinq jours de TOULOUSE NUMERIQUE, du 2 octobre au 6 octobre 2010, dans le cadre de la NOVELA 2010, festival des savoirs partagés, voici un petit bilan que j’ai moins aimé et ce que j’ai adoré :

Je n’ai pas trop aimé :
Entrée du Centre Pierre Baudis, Toulouse, Novela 2010

Le lieu ne me parait pas spécialement populaire. Le Centre Pierre Baudis, très beau, si on le regarde en termes d’esthétique contemporaine, est plus assimilé à un Centre d’affaires où on n’entre pas comme ça. Les grands halls m’ont paru disproportionnés, avec trop de place perdue pour la bonne ménagère soucieuse de préservée l’énergie que je suis. Il me semble qu’un lieu plus convivial conviendrait mieux pour les prochaines éditions.

Pascal Lardellier, sociologue Université de Bourgogne-Dijon en conférence pour la Novela 2010© gaelle kermen 2010

La disposition des débats et tables rondes mettait trop de distance entre les intervenants et les assistants, comme s’ils nous dispensaient la bonne parole de haut en bas avec condescendance. Il faudrait que les chaises soient plus proches et tournent en ellipse (à la rigueur en hémicycle) pour que chacun puisse partager ses savoirs au même niveau.

Ceci mis à part, la scénographie était très agréable et chaleureuse, dans les ateliers, en particulier dans le salon du Livre numérique, qui attirait beaucoup de monde. Merci à Emmanuelle Sapet la scénographe.

#Novela 2010 LIvre numérique essai de l'iPad© gaelle kermen 2010

Les interventions des spécialistes, m’ont paru trop longues, monologuées, ennuyeuses, endormantes. Je préfèrerais le lancement d’un sujet avec deux ou trois spécialistes (je dis bien spécialistes, pas des gens installés qui parlent de ce qu’ils ne connaissent ni ne pratiquent, notamment le web, comme je l’ai vu à cette Novela).

Heureusement, les échanges entre les intervenants blogueurs et quelques passionnés comme moi ont été d’une grande richesse.

Je regrette de n’avoir pas pu discuter avec Jean-Luc Raymond parce que je ne connaissais que son pseudo Twitter jeanlucr. Il est donc souhaitable désormais d’afficher les noms et pseudo du web.

Je regrette de n’avoir pas pu voir les jeunes gens dynamiques de eBouquin que je suis sur Twitter et dont j’ai beaucoup entendu parler dans le petit salon du Livre Numérique.

eBouquins et les iPad

Tout le reste, j’ai adoré !

J’ai particulièrement apprécié la démarche du blogueur Julien Bonnel, les compétences du créateur d’OverBlog, Nicolas Poirier, la créativité des graphistes de la QRious Code Expérience, l’espoir en la nouvelle génération que sont Willy Braun (Toulouse Busines Scool), Benoit Salles (Les Echos du Net) et les jeunes de l’ETPA avec le jeu Versus.

QRcode Frédéric Daubagna et Julien Bonnel

QRious code, oeuvre d'art de Frédéric Daubagna et Jacques Pecate

J’ai surtout eu des échanges formidables pendant cinq jours.

Rencontrer un public aussi enthousiaste que je puis l’être a été pour moi une découverte, moi qui ne sors que rarement de mes talus bretons.

J’ai apprécié l’ambiance du salon du Livre numérique, créée par Michel Fauchié. Au lieu de faire de grands discours, il a permis la manipulation et les échanges.

Mon Kindle3, récemment commandé sur le site d’Amazon US, a servi de démonstration aux bibliothécaires ou bénévoles, à qui j’ai fini par le laisser à disposition car c’était le plus pratique de tous les outils de lecture. Plus que les Bookens en test, plus que l’iPad, trop grand, trop lourd, trop brillant, à mon goût. Le Kindle3 est abouti, confortable, efficace, pratique, léger, à avoir toujours dans sa poche avec la bibliothèque d’Alexandrie retrouvée.

#Novela2010 Liseuses (lisels) sur une table du Livre numérique

Partager nos expériences et avis avec les jeunes blogueurs ou blogueuses, en allant très vite dans les compréhensions, sans palabre inutile, car nous parlons le même langage, a été pour moi un réconfort exceptionnel. J’ai eu le sentiment que la relève était assurée.

Et j’ai fait de grandes rencontres humaines, Julien Bonnel, Cédric Beuchet, Louella Borderies, Willy Braun, Aurore Beugniez, Benoit Salles, Frédéric Daubagna et Jacques Pecate, Nadege Barreaud, Franck Menigou, Maud Dahlem, Samuel Bausson, Charlotte Hénard, Carole Fabre, Nicolas Richer, Aladin El Hedri et les jeunes d Twitapero de BlogsurGaronne, et encore Aziza Morceli, Denis, Christophe, Romain Rolland, Jérôme…

C’était ma première sortie publique depuis des années et des années de claustration entre mes talus bretons. Il a fallu la Ville Rose (et ma fille coordinatrice) pour m’attirer là. J’en repars riche de nombreux sourires et regards bienveillants.

Car c’est aussi cela qui m’a séduite dans le Festival des Savoirs Partagés à la Novela 2010 : la gentillesse, la courtoisie, la bienveillance entre les gens dans les ateliers, les tables rondes. Ce n’est pas si courant. Alors oui, si je le peux, je reviendrai l’année prochaine.

Bravo à la Mairie de Toulouse et à ses représentants qui travaillent avec autant de coeur sur le thème de l’innovation.

Merci aussi à Mélanie Portet-Le Doze, pour son excellente coordination. Parcours sans faute. Bravo !
Jusqu'à la dernière minute : Romain Rolland et Mélanie Portet-Le Doze

Galerie photo Flickr : http://www.flickr.com/photos/gaelle_kermen/sets/72157625099726596/

© gaelle kermen octobre 2010

CRYSTAL un jeu une sculpture par Olivier Bessas

CRYSTAL

assemblage de structures
matière : Plexiglas
taille du puzzle : 36 cm x 33 cm
création : Olivier Bessas
date : 2010

Reflets et transparences
Jeu sculpture d'Olivier Bessas

Un jeu, des oeuvres d’art

L’énergie induite par la composition du jeu est aussi forte que celle que j’éprouve devant un cristal de quartz, comme une clé ouvrant une porte vers un monde inconnu, infini.

Je me rappelle ce druide qui nous avait appris il y a bien longtemps à aller sous l’allée couverte proche de ma chaumière, il nous faisait chercher un cristal de quartz au pied des grosses pierres, nous le serrions fort dans notre main et assis sous le dolmen, nous faisions le vide.

Alors chacun voyageait dans les hautes sphères de l’espace ou descendait d’abord dans la profondeur de la terre pour y cueillir les diamants cachés de sa mine. Télescopage de la légende celtique des korrigans gardiens des trésors et projection mentale dans un espace interstellaire où les vibrations se répercutent d’une planète à l’autre pour agir sur nos marées personnelles.

Voilà ce que je ressens devant ce jeu d’Olivier Bessas, moi qui ne suis pas joueuse mais esthète. Ce jeu est d’évidence oeuvre d’art unique. Chaque composition devient création. Instant figé dans la cristallisation du quartz, captage de la lumière qui va changer au fil des heures comme au bord de la mer. Je me sens aussi bien devant un jeu « Crystal » que lorsque j’entre dans certaines cathédrales, lieux souvent implantés sur des lieux mégalithiques archaïques.

Je ne m’attendais pas à ce choc esthétique.
A Noël 2009, j’avais rencontré ce jeu dans la chambre de mon petit-fils. Je l’avais admiré en bois. J’avais apprécié la matière si belle, si bien travaillée et polie, et d’instinct je passais ma main sur les pièces, avec sensualité.

Mais en cette rentrée de septembre 2010, je rencontre la version en Plexiglas, matière noble, et je suis sous le choc.

La forme est la même, la dimension l’est sans doute aussi, mais ce qui est enraciné et cerné dans le terreau initial avec le matériau bois, aussi beau soit-il, devient matière initiatique infini avec le Plexiglas cristallisé.

Le premier mot qui m’a échappé : Transcendance.

Si j’avais ce jeu, je le mettrai au mur en puzzle tel qu’il est présenté et je le regarderai comme un tableau d’art contemporain.

Ou alors j’en ferai une sculpture comme celles qu’a érigées Olivier Bessas. Ce ne serait pas les mêmes. J’essaierai d’en faire jaillir la flamme de lumière qui m’évoque la force d’énergie piézo-électrique du quartz, utilisé pragmatiquement pour allumer nos gazinières.

J’en ferai un vaisseau spatial pour libérer les rêves.
Et je méditerai devant sa beauté en élévation spirituelle…
Oui, c’est une rencontre presque sacrée que je viens de faire avec ce jeu.

Chaque jeu est unique, Olivier Bessas le retravaille pièce par pièce, une face est brillante et transparente, l’autre est mate.

Une oeuvre d’art contemporain pour collectionneurs et esthètes.

Olivier Bessas participera au Salon Business Art de l’Espace Cardin, du jeudi 14 au dimanche 17 octobre 2010, 1-3 avenue Gabriel, 75008, PARIS Métro Concorde
Gazette des Arts