agence de design aestetype Toulouse

agence de design aestetype Toulouse

Agence de design aestetype Toulouse

Bureau de Création, Design et Expériences connectives

#design #toulouse #aestetype #creation #connexion

Nous nous étions rencontrés à la Novela 2010 (festival numérique du partage des savoirs). Les designers réalisaient des QRCodes qui m’avaient beaucoup impressionnée, je les avais trouvés beaux comme des tableaux, et près de Jacques et Frédéric j’avais retrouvé l’ambiance créative stimulante que j’avais connue entre 1969 et 1975 quand je travaillais avec Yves SunHill, designer (1948-2012). Frédéric m’avait fait un QRious Code pour mon roman de jeunesse Aquamarine 67.

QRious code réalisé par Frédéric Daubagna à la Novela 2010 pour Aquamarine 67, roman-vérité. © gaelle kermen 2015
QRious code réalisé par Frédéric Daubagna à la Novela 2010 pour Aquamarine 67, roman-vérité. © gaelle kermen 2015

Nous étions restés en contact par Facebook et Twitter. Ils étaient abordables, faciles à contacter. Connectés, nous sommes tous trois, rapidement pris fut le rendez-vous.

Raison de la visite

Si je me suis permis de demander à visiter l’agence aestetype de Toulouse, c’est que je veux montrer à mon petit-fils le monde du travail.

À Lorient, au port de pêche de mon enfance, nous avions rencontré un fondeur d’une fonderie créée par son grand-père après la guerre, quand j’habitais là. Le fondeur, fier de son travail, avait expliqué à Noé, qui venait d’avoir 8 ans, comment d’un gros tube d’acier qu’on voyait stocké en attente, on pouvait faire d’énormes manilles servant à tenir les câbles soutenant les grands ponts à travers le monde. Le résultat était beau comme des sculptures d’art contemporain.

À Toulouse, où nous étions ensemble, Noé et moi, pour les vacances de Pâques 2015, j’ai eu l’idée de visiter une agence de design pour lui montrer une autre façon de travailler et une autre forme d’art au quotidien. Je ne sais pas s’il a tout apprécié, mais il en gardera des images pour l’avenir. Il est toujours bon de montrer aux enfants une belle réalité. Noé a pris certaines photos illustrant cet article sur sa tablette Kindle Fire.

Plan MindMap de l'article fait sur SimpleMap pour iPad1 © gaelle kermen 2015
Plan MindMap de l’article fait sur SimpleMind+ pour iPad1 © gaelle kermen 2015

Lieu

En face de la Prairie des Filtres, entre deux ponts.

Noé au Pont Neuf en face du Pont Saint-Michel, devant la Prairie des Filtres, en chemin vers aestetype. © gaelle kermen
Noé au Pont Neuf en face du Pont Saint-Michel, devant la Prairie des Filtres, en chemin vers aestetype. © gaelle kermen

L’agence se situe entre deux ponts, le Pont Neuf et la passerelle Saint-Michel, comme un passage symbolique entre la création et la réalisation, entre le besoin de communication et la concrétisation d’un projet qui soit efficace dans la société et la vie quotidienne.

Designers

Frédéric Daubagna et Jacques Pecate sont deux designers complémentaires, qui se connaissent depuis longtemps, ils échangent les idées en permanence et se soutiennent mutuellement. Ils sont sur les mêmes longueurs d’onde. Leur mode de vie est simple, respectueux de la nature. Frédéric nous explique qu’il habite de l’autre côté de la Garonne et qu’il est chez lui en 7 minutes. Parfois ils mangent le midi sur la Prairie des Filtres, juste en face. Tous deux aiment les sorties dans les régions avoisinantes.

FredericDaubagna
Frédéric Daubagna, designer, agence aestetype. © gaelle kermen 2015
Jacques Pecate, designer, agence Aestetype © gaelle kermen 2015
Jacques Pecate, designer, et une partie de l’équipe de l’agence Aestetype © gaelle kermen 2015

 

Agence aestetype

Un stagiaire Adrien travaille sur un portable dans la première pièce. C’est lui qui nous accueille.

Je suis heureuse de voir Frédéric entier sur ses jambes et en bonne forme, alors qu’il a frôlé la mort de près dans un accident de la circulation il y a quatre ans. Formidable reconstruction.

Frédéric et Jacques m’offrent du miel d’une ruche urbaine dont ils possèdent une petite part en crowdfunding. Touchante attention que de partager le suc de la vie.

Décor

Des QRCodes géants s’affichent sur les murs de l’agence, des tableaux qui renvoient à des pages internet, quand on scanne le dessin avec un smartphone doté d’une application spécifique.

Décor de l'agence en entrant. Le sport n'est jamais loin, les raquettes de ping pong attendent sur la desserte un moment de détente. © gaelle kermen 2015
Décor de l’agence en entrant. Le sport n’est jamais loin, les raquettes de ping pong attendent sur la desserte un moment de détente. © gaelle kermen 2015

D’immenses iMacs se partagent le bureau commun à Jacques et Frédéric, installés l’un en face de l’autre, échangeant idées, projets, réalisations.

BureauxdesDesigners
Deux bureaux avec iMacs pour une collaboration fructueuse entre les deux designers. © gaelle kermen 2015

Une chaîne stéréo à l’ancienne (avec platine, ampli, haut-parleurs, comme à la belle époque des vinyles) trône sur un établi, bien solide, le benchwork si cher à Steve Jobs, initié très tôt au beau travail fini par son père adoptif, qui en fit le premier meuble du garage de l’Apple I. Beau symbole de création.

— L’établi, nous dit Jacques, sert à faire des prototypes, quand nous devons faire des présentations, construire des objets, faire des supports.

Méthode de travail

Les designers commencent d’abord par un croquis à la main sur de gros carnets posés devant les iMacs. Ensuite le travail se fait avec l’ordinateur sur un grand écran confortable.

Quand il faut expérimenter certaines formes, le travail peut se continuer sur l’établi. Il est important d’avoir un établi chez soi à portée de main, je suis bien d’accord !

Même si désormais pour moi tout est numérique, j’aime ce passage de l’idée tracée d’abord au crayon sur des carnets épais et nombreux, puis travaillée sur l’écran, à la réalisation d’un modèle, sur l’établi, manu militari, avant fabrication chez un artisan.

Après le départ de Frédéric à un rendez-vous, nous restons avec Jacques à échanger sur leur parcours.

Formation

Jacques Pecate est autodidacte et s’est forgé lui-même une immense culture. Il a appris son métier en faisant des stages dans des agences de communication, dans le milieu graphiste parisien des années 80. J’ai eu un aperçu de cette effervescence créative lorsque je travaillais comme assistante du designer Yves SunHill (AD Design, YSH) fin 60 et début 70. Je comprends mieux pourquoi Jacques est si réactif sur certains posts « culturels » sur Facebook, ce n’est plus si courant.

Frédéric Daubagna s’est formé au Scriptorium de Toulouse avec Bernard Arin. Il a rencontré un super calligraphe et typographe, François Boltana, qui lui a donné le goût de la belle présentation.

Le nom de l’agence est créé sur les mots d’esthétique et de typographie.

À la Novela 2010, j’avais apprécié chez Jacques et Frédéric ce bel esprit d’intuition et d’imagination, efficace, pratique, qui apporte quelque chose de plus, toujours avec le souci de l’esthétique.

Je pense alors à Steve Jobs, formé aussi à la calligraphie, les seuls cours qu’il avait suivis à l’Université de Reed, avant de laisser tomber les filières classiques pour emprunter d’autres routes lors de son voyage en Inde. Il avait trouvé là-bas l’esprit d’intuition qui l’a inspiré dans sa création des premiers Macintoshs et pour la gestion d’Apple, esprit qu’il a gardé jusqu’au bout, à l’encontre de toutes les théories économiques de l’époque.

J’ai retrouvé l’esprit d’intuition à l’agence aestetype.

Brainstorming idée d’un grand tableau blanc connecté

Comme cet hiver j’ai lu en américain sur Scribd tout ce que je trouvais sur Steve Jobs et Mark Zuckerberg, je reste dans l’esprit d’innovation.

Dans ma propre écriture, quand j’ai une idée, quand je veux faire un texte pour un article ou un chapitre d’eBook, je l’écris au vol sur mon iPad1, sur SimpleMind, une application de MindMap qui remplace pour moi le grand tableau blanc, utilisé aussi bien par Steve Jobs, quand il a repris Apple en 1996, que par Mark Zuckerberg en 2003, alors étudiant à Harvard, quand il mettait au point ses programmes de connexion entre les gens à travers le monde dont on connait le résultat.

Il me vient maintenant à l’idée qu’il manque peut-être un grand tableau blanc de brainstorming dans le décor de l’agence æstetype, dont la visite m’a souvent évoqué la créativité et le savoir-faire de Steve Jobs, entre les QR codes artistiques et l’établi où reposait la bonne vieille chaîne stéréo pour écouter les vinyles.

J’ai repéré la machine à café (j’ai la même, une Senseo rouge), mais il serait bon d’avoir en plus un coin salon confortable, genre avec un canapé et deux ou trois fauteuils, et surtout un grand tableau blanc pour noter les idées qui fusent lors d’une séance de travail créatif.

L’idéal bien sûr serait un tableau blanc connecté aux iMacs, par une application de MindMap. Ainsi il suffirait de reprendre ce qui a été écrit, comme je le fais pour créer tous mes textes désormais, en récupérant le texte dans Scrivener.

Je ne sais pas si un tableau blanc connecté à un iMac existe, mais ce serait une bonne invention pour les graphistes et les enseignants.

Voilà bien l’avantage d’être en contact avec des créatifs, c’est qu’ils nous donnent des idées et nous rendent enthousiastes. C’est ça la bonne vie !

Et ces deux designers, avec leurs visiteurs, leurs stagiaires, leurs partenaires, vont faire fuser les idées et les réaliser avec tous leurs talents pour leurs clients.

— Notre métier est vivant, dit Jacques, c’est pour ça que nous le faisons avec passion.

Je leur souhaite de garder leur enthousiasme et de marcher dans la beauté. Car tout ce qu’ils touchent est beau. Et le monde a besoin de beauté pour survivre.

Merci Jacques, merci Frédéric ! Bonne rentrée à vous !

Quelques réalisations
QR code design
Biocenys
Grotte du Mas d’Azil
Château de Foix
Aestream

Adresses
Adresse web de l’agence
Facebook
Twitter
Instagram

Adresse de l’agence : 23 rue Laganne, rez de chaussée, entre le bout des Allées Charles de Fitte et le Cours Dillon, au milieu de la Prairie des Filtres.
31300 TOULOUSE
FRANCE
Tel : +33 9 52 67 20 22

Album Flickr pro sur la visite de l’agence le 17 avril 2015 et de celle du 9 septembre 2015
Crédits photo : Noé Delmas et Gaelle Kermen

Article finalisé à Toulouse le 8 septembre 2015

***

Post Scriptum après la visite du 9 septembre 2015

Après la publication de cet article de blog, j’ai revu les designers dans l’agence, occasion de faire connaissance avec un nouveau stagiaire, Léo, de retour de Saint-Petersbourg (toujours pour moi une façon de voyager que de l’écouter me raconter sa vie là-bas), et les nouveaux venus dans l’équipe, qui a ajouté des bureaux, et aussi de reprendre des photos de Jacques Pecate, dont les portraits pris à Pâques n’étaient pas à la hauteur qu’il méritait. Bon, je dois être meilleure écriveuse que photographeuse, j’ai capté une certaine lumière et c’est ce qui m’importe.

Je fais amende honorable : les designers ne m’avaient pas attendue pour mettre un canapé dans l’agence, il était bien là, mais j’écoutais Jacques et je ne l’ai pas vu. Je l’ai donc pris en photo ainsi que l’établi et le vélo de Frédéric, un vrai vélo design, avec un beau garde-boue en métal…

Le canapé, le vélo, l'établi, dans l'agence aestetype © gaelle kermen 2015
Le canapé, le vélo, l’établi, dans l’agence aestetype © gaelle kermen 2015
L'établi et la chaine stereo pour vinyles. agence aestetype © gaelle kermen 2015
L’établi et la chaine stereo pour vinyles. agence aestetype © gaelle kermen 2015
Jacques Pecate et Frederic Daubagna au travail, agence aestetype © gaelle kermen 2015
Jacques Pecate et Frederic Daubagna au travail, agence aestetype © gaelle kermen 2015

Et pour finir la visite de l’agence, je vous laisse sur des images que nous regardions en direct sur eternal-sunset, avec un ciel étrange relayé par de nombreux internautes.

Aestream, live, agence aestetype © gaelle kermen 2015
Aestream, live, agence aestetype © gaelle kermen 2015

© Gaelle Kermen 2015

Post-Scriptum du 21 mai 2016 : Tweetwall de la Nuit du Musée 2016

L’agence aestetype a conçu le mur de tweets de la Nuit du Musée européenne 2016.
#NDM16 @NuitdesMusees @aestreamlive

Sur le Festival Novela 2010 Toulouse Numerique

SUR LE FESTIVAL NOVELA 2010

Après les cinq jours de TOULOUSE NUMERIQUE, du 2 octobre au 6 octobre 2010, dans le cadre de la NOVELA 2010, festival des savoirs partagés, voici un petit bilan que j’ai moins aimé et ce que j’ai adoré :

Je n’ai pas trop aimé :
Entrée du Centre Pierre Baudis, Toulouse, Novela 2010

Le lieu ne me parait pas spécialement populaire. Le Centre Pierre Baudis, très beau, si on le regarde en termes d’esthétique contemporaine, est plus assimilé à un Centre d’affaires où on n’entre pas comme ça. Les grands halls m’ont paru disproportionnés, avec trop de place perdue pour la bonne ménagère soucieuse de préservée l’énergie que je suis. Il me semble qu’un lieu plus convivial conviendrait mieux pour les prochaines éditions.

Pascal Lardellier, sociologue Université de Bourgogne-Dijon en conférence pour la Novela 2010© gaelle kermen 2010

La disposition des débats et tables rondes mettait trop de distance entre les intervenants et les assistants, comme s’ils nous dispensaient la bonne parole de haut en bas avec condescendance. Il faudrait que les chaises soient plus proches et tournent en ellipse (à la rigueur en hémicycle) pour que chacun puisse partager ses savoirs au même niveau.

Ceci mis à part, la scénographie était très agréable et chaleureuse, dans les ateliers, en particulier dans le salon du Livre numérique, qui attirait beaucoup de monde. Merci à Emmanuelle Sapet la scénographe.

#Novela 2010 LIvre numérique essai de l'iPad© gaelle kermen 2010

Les interventions des spécialistes, m’ont paru trop longues, monologuées, ennuyeuses, endormantes. Je préfèrerais le lancement d’un sujet avec deux ou trois spécialistes (je dis bien spécialistes, pas des gens installés qui parlent de ce qu’ils ne connaissent ni ne pratiquent, notamment le web, comme je l’ai vu à cette Novela).

Heureusement, les échanges entre les intervenants blogueurs et quelques passionnés comme moi ont été d’une grande richesse.

Je regrette de n’avoir pas pu discuter avec Jean-Luc Raymond parce que je ne connaissais que son pseudo Twitter jeanlucr. Il est donc souhaitable désormais d’afficher les noms et pseudo du web.

Je regrette de n’avoir pas pu voir les jeunes gens dynamiques de eBouquin que je suis sur Twitter et dont j’ai beaucoup entendu parler dans le petit salon du Livre Numérique.

eBouquins et les iPad

Tout le reste, j’ai adoré !

J’ai particulièrement apprécié la démarche du blogueur Julien Bonnel, les compétences du créateur d’OverBlog, Nicolas Poirier, la créativité des graphistes de la QRious Code Expérience, l’espoir en la nouvelle génération que sont Willy Braun (Toulouse Busines Scool), Benoit Salles (Les Echos du Net) et les jeunes de l’ETPA avec le jeu Versus.

QRcode Frédéric Daubagna et Julien Bonnel

QRious code, oeuvre d'art de Frédéric Daubagna et Jacques Pecate

J’ai surtout eu des échanges formidables pendant cinq jours.

Rencontrer un public aussi enthousiaste que je puis l’être a été pour moi une découverte, moi qui ne sors que rarement de mes talus bretons.

J’ai apprécié l’ambiance du salon du Livre numérique, créée par Michel Fauchié. Au lieu de faire de grands discours, il a permis la manipulation et les échanges.

Mon Kindle3, récemment commandé sur le site d’Amazon US, a servi de démonstration aux bibliothécaires ou bénévoles, à qui j’ai fini par le laisser à disposition car c’était le plus pratique de tous les outils de lecture. Plus que les Bookens en test, plus que l’iPad, trop grand, trop lourd, trop brillant, à mon goût. Le Kindle3 est abouti, confortable, efficace, pratique, léger, à avoir toujours dans sa poche avec la bibliothèque d’Alexandrie retrouvée.

#Novela2010 Liseuses (lisels) sur une table du Livre numérique

Partager nos expériences et avis avec les jeunes blogueurs ou blogueuses, en allant très vite dans les compréhensions, sans palabre inutile, car nous parlons le même langage, a été pour moi un réconfort exceptionnel. J’ai eu le sentiment que la relève était assurée.

Et j’ai fait de grandes rencontres humaines, Julien Bonnel, Cédric Beuchet, Louella Borderies, Willy Braun, Aurore Beugniez, Benoit Salles, Frédéric Daubagna et Jacques Pecate, Nadege Barreaud, Franck Menigou, Maud Dahlem, Samuel Bausson, Charlotte Hénard, Carole Fabre, Nicolas Richer, Aladin El Hedri et les jeunes d Twitapero de BlogsurGaronne, et encore Aziza Morceli, Denis, Christophe, Romain Rolland, Jérôme…

C’était ma première sortie publique depuis des années et des années de claustration entre mes talus bretons. Il a fallu la Ville Rose (et ma fille coordinatrice) pour m’attirer là. J’en repars riche de nombreux sourires et regards bienveillants.

Car c’est aussi cela qui m’a séduite dans le Festival des Savoirs Partagés à la Novela 2010 : la gentillesse, la courtoisie, la bienveillance entre les gens dans les ateliers, les tables rondes. Ce n’est pas si courant. Alors oui, si je le peux, je reviendrai l’année prochaine.

Bravo à la Mairie de Toulouse et à ses représentants qui travaillent avec autant de coeur sur le thème de l’innovation.

Merci aussi à Mélanie Portet-Le Doze, pour son excellente coordination. Parcours sans faute. Bravo !
Jusqu'à la dernière minute : Romain Rolland et Mélanie Portet-Le Doze

Galerie photo Flickr : http://www.flickr.com/photos/gaelle_kermen/sets/72157625099726596/

© gaelle kermen octobre 2010

Reprise d'ecriture apres le voyage

J’essaie donc de reprendre mon rythme d’écriture après une interruption de plus d’un mois. Quand j’ai du temps, je ne vis pas grand chose mais je peux l’écrire et quand je vis des choses je n’ai pas le temps de les écrire ! je retrouve le dilemme des années 60-70 où je vivais tant de choses intensément et étais toujours un peu frustrée de ne pas les écrire en suffisance !

Par quel bout prendre la relation de notre voyage ? Je peux le faire en plusieurs thèmes :
D’abord l’itinéraire rapide, puis le détail du voyage, les événements notoires, l’exposition Van Gogh-Monticelli, le Mac, ou la visite de l’atelier de Martine Moore à Arles, les visites des abbayes et cathédrales, enfin les hôtels. Grosso-Modo il me faudrait traiter tout ça.